Les nouveaux couples de frottement dans les prothèses totales de hanche

Le couple métal-polyéthylène (PE) est le premier couple à avoir été largement utilisé. La tête fémorale est en inox ou en chrome-cobalt souvent de petit diamètre pour minimiser les particules. L’usure du polyéthylène (PE) crée des particules mal tolérées et responsables d’un granulome, d’une lyse osseuse et d’un descellement de la prothèse.

Le couple céramique (Alumine) / PE : la céramique a l’avantage d’avoir un coefficient de frottement très faible avec le Polyéthylène, permettant de diminuer le volume d’usure du PE. L’inconvénient de la céramique est par contre le risque de fracture, qui impose de l’utiliser à partir d’un diamètre de 28mm pour avoir une épaisseur suffisante de matériaux.

Le couple alumine-alumine : c’est le premier couple dit dur-dur à très faible taux d’usure. Il est utilisé largement depuis que le problème de fixation du cotyle a été résolu par l’utilisation d’un fond en titane. La cupule est fixée dans l’os à force (press-fit) dans lequel se place la cupule en céramique d’alumine.

Ce couple présente deux avantages principaux : l’usure est quasiment nulle, même à plus de 20 ans de recul, et le peu de particules produites est totalement biocompatible et inerte (pas de granulome).

L’inconvénient est le risque de fracture qui, même s’il très faible, doit rester présent à l’esprit. Cela rend difficile son utilisation lorsque l’épaisseur des implants est trop faible (petit diamètre de cotyle).

Le couple métal-métal : comme pour le couple alumine-alumine, il a l’avantage d’avoir un taux d’usure très faible, et il ne se fracture pas. L’inconvénient est qu’il libère des particules de métal : ceci peut entraîner des réactions allergiques importantes (allergie au chrome ou cobalt et parfois au nickel) obligeant l’ablation de l’implant et le changement de couple de frottement. Il existe alors souvent un granulome inflammatoire périprothétique volumineux, obligeant un geste délabrant pour en réaliser l’ablation complète.

L’autre inconvénient est le passage de particules de métaux lourds dans le sang dont on ne connait pas à long terme les effets néfastes sur l’organisme, même si pour le moment aucune preuve de nocivité n’a été apportée.

Il est admis néanmoins de ne pas utiliser le couple métal/métal chez la femme susceptible d’avoir encore une grossesse (les ions de métaux lourds passant la barrière placentaire).

Laisser un commentaire