Les différentes ruptures

C’est une des causes fréquentes des douleurs de l’épaule, principalement après 50 ans.

De façon schématique, les ruptures peuvent se trouver sur la partie haute de la coiffe (on parlera de ruptures supérieures) ou en avant (ruptures antérieures).

 

Les ruptures supérieures

Le plus souvent la rupture débute par une atteinte du sus-épineux (supra spinatus). Il s’agit souvent d’une épaule douloureuse ancienne (tendinopathie). Parfois la douleur peut survenir ou s’aggraver brutalement à la suite d’un traumatisme (ruptures post-traumatiques).

Par la suite, la rupture s’étend progressivement aux muscles adjacents, en arrière au sous-épineux ou/et en avant touchant le tendon du sous-scapulaire et le tendon du biceps.
La rupture de ces tendons va progressivement entraîner une ascension de la tête sous l’acromion jusqu’à le toucher (cf. photo n°1), voire même entraîner une luxation de la tête humérale vers l’avant. (cf. photo n°2).

 

Les ruptures antérieures

Plus rarement la rupture peut-être uniquement antérieure touchant le muscle sous-scapulaire (subscapularis). Elle est souvent associée à une atteinte du tendon du biceps (luxation, tendinopathie ou rupture). Elle se propage rarement vers l’arrière. Mais elle est moins bien tolérée, car elle entraîne souvent une subluxation antérieure de la tête humérale.

Il ne faut donc pas trop attendre, car :

  • plus la rupture est étendue (touchant plusieurs tendons),
  • plus les tendons sont rétractés,
  • plus les muscles sont transformés en graisse,
  • plus la réparation sera difficile… voir impossible.

Ne laisser pas une rupture s’aggraver, pour ne pas intervenir trop tard.

 

Sur le même sujet