Le diagnostic

L’examen clinique permettra de mieux définir votre activité (profession, membre dominant), l’importance de la gène, le type de rupture.

 

Les ruptures traumatiques

Elles sont secondaires à une chute sur le moignon de l’épaule ou secondaires à des mouvements violents (abduction contrariée, luxation de l’épaule).
La douleur est importante. L’impotence est souvent immédiate (impossibilité de lever le bras).

 

Les ruptures dégénératives

Elles surviennent chez des sujets plus âgés, de 50 à 60 ans, mais parfois plus jeunes, selon l’activité du patient (travailleurs de force notamment).
Les douleurs sont souvent anciennes, quasi permanentes, majorées par l’élévation au-dessus du plan des épaules. Sont également associées des douleurs nocturnes, empêchant le patient de dormir sur son épaule.
L’évolution se fera parfois progressivement vers une récupération partielle de l’abduction active, mais avec une baisse de la force.
L’examen retrouve des douleurs vers 90° d’abduction et elles cèdent au-delà, parfois des craquements douloureux.

 

Sur le même sujet