La chirurgie mini-invasive

Un consensus semble maintenant admis : on parlera de chirurgies mini invasives lorsque les muscles péri-articulaires, les tendons et l’os sont préservés au maximum (c’est le cas de la voie de Roettinger), et non lorsque la taille de la cicatrice est réduite.

La taille de la cicatrice, même si elle est le plus souvent réduite, ne doit pas être diminuée, au détriment d’une bonne pose de l’implant. Après une chirurgie mini-invasive, la récupération postopératoire est souvent plus rapide, permettant la reprise de la marche, le plus souvent dès le premier jour postopératoire. Par ailleurs, il semblerait que cette chirurgie soit moins hémorragique et moins douloureuse.

Sur le même sujet

A la une

  • LE RAPID RECOVERY pour les PTH et PTG

    Lancement du Programme RAPID RECOVERY

    À  la Clinique Saint Jean de Dieu

    Le Programme RAPID RECOVERY est destiné à améliorer la prise en charge des patients opérés, d’une arthroplastie de la hanche (prothèse totale de hanche) et du genou (prothèse totale du genou),

    afin de leur permettre de recouvrer une autonomie suffisante pour un retour à domicile dans les meilleurs conditions possibles.

    vous trouverez la vidéo vous présentant la déroulement de la réunion d'information  en cliquant sur le lien ci dessous :

    Lire la suite

  • LA COXARTHROSE

    Aux Etats unis l’incidence de la coxarthrose dite symptomatique est de 80/100 000 habitants.

    C’est donc une maladie relativement fréquente, dont la présence est fortement corrélée à l’âge : 68 % des arthroses apparaissent chez des patients de plus de 50 ans. Et le nombre de personnes ayant une arthrose va augmenter du fait du vieillissement de la population.

    Lire la suite